CAN 2021: enfin la consécration pour des Sénégalais ivres de bonheur

Au terme d’une finale à suspense, le Sénégal a remporté la première Coupe d’Afrique des nations de son histoire, dimanche 6 février, face à l’Égypte à Yaoundé (0-0, 4 tirs au but à 2). Les Lions de la Teranga ne sont plus maudits dans la compétition. Et dans leurs rangs, la joie coule à flots après ce sacre.

Le football est magique. Voir des journalistes sénégalais prier ou crier à tue-tête, chanter et danser, les plus émotifs, dans les pommes ou couler des larmes… Le Sénégal attendait ce moment depuis son indépendance, depuis son affiliation à la CAF. Il est arrivé à Yaoundé, au Cameroun, terre-symbole de foot, en finale de la 33 ème édition de la CAN, devant l’équipe la plus titrée d’Afrique, l’Egypte. De quoi danser le M’balax toute la nuit, à Dakar et dans les rues de Yaoundé…

Aliou Cissé, l’entraîneur du Sénégal est un ancien international du  Sénégal. Il a échoué, en tant que capitaine de l’équipe,  en finale de la CAN 2002 à Bamako. Devant le Cameroun. Aux tirs au but. Il avait raté son tir, pendant l’épreuve fatidique. Aliou Cissé n’a donc pas gagné la coupe d’Afrique en tant que joueur. Mais il a choisi de se mettre à la disposition de son pays, de l’équipe nationale. Depuis sept (7) ans, il coiffe l’encadrement technique des Lions. Il est l’homme plus critiqué par la presse sénégalaise. Mais il n’a jamais rompu. « Il faut écouter les critiques et en tirer le meilleur. ». 

CAN 2021: enfin la consécration pour des Sénégalais ivres de bonheur

Avec Aliou Cissé, le Sénégal a connu des performances remarquables. Un quart de finale de coupe d’Afrique (2017), une phase finale de coupe du monde (2018), une finale de la CAN (2018). L’équipe progressait mais les résultats ne suivaient pas. Et la presse, impatiente, n’arrêtait pas de réclamer sa tête. Et lui continuait d’y croire. « Ceux qui me connaissent, savent que je suis têtu ». Son entêtement a payé. Ses détracteurs d’hier, chantent, dansent aujourd’hui. « On l’a fait. », disent les uns. « Nous aussi, nous avons une étoile sur notre maillot », clament les autres. 

Le technicien sénégalais lui-même a du mal à réaliser. En conférence de presse, après le match, il n’avait que des mots de remerciement à la bouche: « Je suis champion d’Afrique. Ce fut long. Ce fut difficile. Par moments compliqués mais nous n’avons jamais abandonné. Je dédie  cette victoire au peuple sénégalais. Depuis des années, nous courons après cette coupe. Aujourd’hui, nous allons mettre une étoile sur notre maillot. Je voudrais féliciter mon  staff. Pendant près de sept ans, nous avons travaillé. Bravo les gars. »

Une conférence qui n’est pas allée au bout. Sadio Mané et ses coéquipiers sont venus rejoindre leur coach, l’asperger d’eau et finir par interrompre l’exercice avec les journalistes. Cette fois, personne ne s’est plaint. C’est jour de fête, jour d’émotion, jour de tous les excès contrôlés. 

Sur le terrain, la victoire a mis longtemps à se dessiner. Le Sénégal a l’occasion d’ouvrir la marque dès la 8ème minutes de jeu sur penalty. Il est complexé par la Montagne égyptienne dans les buts des Pharaons. Le Sénégal  déroule, collectivement, touche beaucoup de ballons, utilise toute la largeur du terrain, essaie de donner du rythme au jeu, mais les actions manquent de mordant. L’Egypte comme à son habitude, joue bloc-bas, procède par contres rapides en possession du ballon,  en cherchant le côté de Mohamed Salah. Mais remarquable défense de Abdou Diallo et de  Salifou Ciss qui font très souvent, une prise à deux sur le capitaine des Pharaons. Mais il demeure redoutable et joue dans les petits espaces avec des dribbles courts et une protection de balle remarquable. Il secoue la défense des Lions et donne des frayeurs aux nombreux supporters du Sénégal dans les tribunes. 

La seconde partie est identique à la première. Chaque équipe a son temps fort. Et passe chaque fois, près du but. Le but du chaos. Le Sénégal a les reins mais pas la lucidité dans la surface de réparation. Ou le gardien égyptien, Mohamed Abou Gabal Ali est du genre à intimider les attaquants. Il est présent sur les balles chaudes des Lions. Édouard Mendy n’est pas moins sollicité . Il doit faire preuve de concentration pour éviter le but fatal. 

CAN 2021: enfin la consécration pour des Sénégalais ivres de bonheur

Pas d’autres choix. Les prolongations s’imposent. Les deux équipes ne se départagent pas. Sénégalais et Égyptiens vont jouent la troisième mi-temps. Les tirs au buts. Les Pharaons sont maîtres  de l’épreuve de nerfs. La Côte d’Ivoire en sait quelque chose: en 1998, en quarts de finale à Ouagadougou, en 2006, en finale, au Caire. Et en 2022, au stade Japoma, à Douala. Le Cameroun aussi en sait quelque chose: en 1986 au Caire, en finale et en 2022 à Olembé. Mais cette fois, les dieux du Nil ont lâché les Pharaons. Ils ont perdu la bataille. Et le Sénégal est aux anges. La fête dans les tribunes, sur la pelouse, dans les couloirs du stade Olembé, dans la salle de conférence… Et évidement, dans tout le Sénégal. 

Les lampions se sont donc éteints a Yaoundé avec le sacre continental des Lions du Sénégal. Belle fête de clôture. Colorée, chatoyante, rythmée, étincelante. Du grand art. Avec des feux d’artifices maîtrisés. En présence du président de la République, Paul Biya. Il était à l’ouverture. Il est venu à la clôture. Il a remis le trophée de la 33 ème édition de la coupe d’Afrique des nations, au capitaine des Lions, Kalidou Koulibaly. 

Sous les yeux du président camerounais, la CAF a remis le drapeau de l’institution au ministre ivoirien des Sports, Danho

Paulin. La Côte d’Ivoire abrite la prochaine édition de la CAN. Ce drapeau porte en lui, toute  la responsabilité qui incombe aux autorités ivoiriennes. Une délégation de la CAF est attendue à Abidjan, du 7 au 9 février 2022.

 

Partager

Journal Match Mali

 

  • Match Immeuble Adama Traoré ACI 2000, Bamako, près de la Place CAN
  • Cel: (00223) 76450717 / 75348082

 

Restez informé sur